mardi 25 décembre 2012

Un bon coup de pelle dans la nuque et enterrons 2012




Ceci n'est pas un classement, ni une liste exhaustive. Vous y trouverez peut-être des anciens de 2011, des démo et des EP perdus dans la cour des grands, mais ne vous inquiétez pas, tout devrait bien se passer. Le bilan foetusfoetus 2012 c'est avant tout ce qui a retenu mon attention dans la mélasse épaisse des sorties de l'année.

Certains manquent cruellement, d'autres n'ont rien à faire là, mais l'essentiel est là : ce que j'ai aimé cette année est ici. J'ai aussi oublié de vous parler des split mais j'avais du saumon à finir. (Ce qui n'est pas une raison pour manquer celui de Year of No Light et thisquietarmy.) Les quelques albums chroniqués ici, vous les connaissez bien sûr déjà, les autres devraient être assez faciles à débusquer sur les Internets (et notamment bandcamp).

Le top 200+ de foetusfoetus est arrivé, démerdez-vous avec ça.

Black Metal / Death Metal
- Acephalix - Deathless Master [death - crust]
- Addaura - Burning for the Ancients [black metal]
- Aethyr - Atu [black metal - ambient - doom]
- Alfa Obscura - Plutonian Shores [black metal]
- Anaal Nathrakh - Vanitas [black metal - grindcore]
- Ash Borer - Cold of Ages [black metal]
- Aura Noir - Out to Die [thrash - black metal]
- The Ash Eaters - Ruining You [black metal - post punk]
- Azaghal - Nemesis [black metal]
- Beithíoch - Summoning the Past [Irish black metal]
- Black Jesus - Black Jesus Saves [death metal]
- Blut Aus Nord - 777 Cosmosophy [avant-garde black metal]
- Book of Sand - Mourning Star [black metal]
- Bosse-de-Nage - III [black metal]
- Botanist - III : Doom in Bloom / Allies [avant-garde black metal]
- Burzum - Umskiptar [black metal endormi]
- Circle of Ouroborus - The Lost Entrance of the Just [black metal - post punk]
- Crowned - Vacuous Spectral Silence [depressive black metal]
- Cyanic - Litanies of Lust Unholy [blackened death metal]
- Deafknife - VI ER DØDE [black metal]
- Deathspell Omega - Drought [black metal]
- Denial of God - Death and the Beyond [black metal]
- Dodecahedron - s/t [black metal - avant-garde]
- Drudkh - Eternal Turn of the Wheel [black metal]
- Dunmharu - Curses Come Home [abrasive black metal]
- Enslaved - RIITIIR [black metal prog]
- Glaciation - 1994 [black metal]
- GGUW - Gegen Gravitation und Willensfreiheit [black metal]
- Hail Spirit Noir - Pneuma [black metal - psyche]
- Hordes - Hordes [urban black metal]
- The Howling Wind - Of Babalon [black metal]
- Hypomanie - Calm Down You Weren't Set on Fire [black metal - shoegaze]
- Kolp - The Outside [black metal]
- Krallice - Years Past Matter [progressive black metal]
- Lunar Aurora - Hoagascht [ambient black metal]
- Marduk - Serpent Sermon [black metal]
- Melencolia Estatica - Hel [black metal]
- Menace Ruine - Alight In Ashes [drone - black metal - exp]
- Mgla - With Hearts Towards None [black metal]
- Mutilation Rites - Empryrean [black metal]
- Nachtmystium - Silencing Machine [black metal]
- Ne Obliviscaris - Portal of I [prog black metal]
- Nontinuum - The Stars You Gathered, The Stars I Destroyed [black metal]
- Nordvrede - Legion Nordvrede [black metal]
- O - Il vuotto perfetto [black metal - exp]
- Obolus - Lament [black metal]
- The Rain in Endless Fall - Weald of Introspection [black metal]
- Sale Freux - L'Exil [rance black metal]
- Sear Bliss - Eternal Recurrence [black metal]
- Secrets of the Moon - Seven Bells [black metal]
- Shining - Redefining Darkness [black metal niaisou]
- Skagos - Anarchic [black metal]
- Slaegt - demo [black metal]
- Stagnant Waters - s/t [avant-garde black metal]
- Sutekh Hexen - Behind the Throne / Larvae [black metal - noise -exp]
- Tardigrada - Widrstand [atmospheric black metal]
- This Gift is as Curse - I, Guilt Bearer [industrial black metal]
- Unleashed - Odalheim [death metal]
- Vomitor - The Escalation [death metal - thrash]
- Weapon - Embers and Revelation [blackened death metal]
- Wildernessking - The Writings of Gods in the Sand [black metal]
- Wylve - s/t [black metal]

Hardcore/Punk/Crust/Grindcore
- Arms of Ra - Unamed [hardcore - post metal]
- Basement - Colourmeinkindness [melodic hardcore]
- Bastard Deceiver - Normal Life Provides Nothing [grind - powerviolence]
- Birds in Row - You, Me & the Violence [hardcore punk]
- Black Breath - Sentenced to Life [hardcore - crust]
- Burning Love - Rotten Thing to Say [hardcore punk]
- Calvaiire - Rigorisme [hardcore - crust - mayenne]
- Cancer Bats - Dead Set On Living [hardcore punk]
- Ceremony - Zoo [hardcore - punk]
- Code Orange Kids - Love is Love-Return to Dust [hardcore - punk]
- Consent - Conception [powerviolence - hardcore]
- Converge - All We Love We Leave Behind [hardcore - mathcore]
- Cut Teeth - Televandalism [punk]
- Enabler - All Hail the Void [hardcore crust]
- Esoteric Youth - demo [hardcore - d-beat]
- Everything Went Black - Cycles of Light [melodic hardcore]
- Gaza - No Absolutes in Human Suffering [grindcore - mathcore]
- Haut&Court - La Vie [grind - crust- hardcore]
- Homewrecker - Worms and Dirt [hardcore - powerviolence]
- Ilsa - Intoxicantations [crust - death/doom]
- Iron Reagan - Demo 2012 [thrash - hxc punk]
- Jungbluth - s/t [hardcore - punk]
- Let it Die - s/t [hardcore - beatdown]
- Like rats - Like Rats [hardcore - punk]
- Marrow - The Sea of... [hardcore - punk]
- Martyrdöd - Paranoïa [blackened crust]
- Mourner - The Rising End [blackened crust - hardcore]
- Municipal Waste - The Fatal Feast [thrash - hardcore]
- Peace'd Out - s/t [hardcore - prog rock]
- Pig Destroyer - Book Burner [grindcore - death]
- Planks - Funeral Mouth [hardcore - sludge]
- The Secret - Agnus Dei [hardcore - mathcore]
- Suspect - s/t [hardcore - punk]
- Tears|Before - Minus [hardcore - mathcore]
- Teenage Suicide - Volume 1 [blackened grindcore]
- This Routine is Hell - Repent. Repeat [hardcore punk]
- Title Fight - Floral Green [pop punk-melodic hardcore]
- Unsacred - Three Sisters [dark hardcore]
- Unsane - Wreck [noise rock - hardcore]
- Vilipend - Inamorata [hardcore - metalcore]
- Youwretch - Sympathy of Wolves [hardcore - crust]


Stoner/Sludge/Doom
- -16- - Deep Cuts From Dark Clouds [sludgecore - stoner]
- Ahab - The Giant [funeral doom]
- Alkerdeel - Morinde [sludge - black metal]
- Amenra - Mass V [sludge - post hxc]
- Anhedonist - Netherwards [doom - death metal]
- Bell Witch - Longing [doom - sludge]
- Black Shape of Nexus - Negative Black [sludge - doom - drone]
- Buried Sleeper - Colosseum [doom - sludge]
- Coffinworm - Great Bringer of Night [sludge - black metal]
- Conan - Monnos [doom - sludge]
- Dragged Into Sunlight - Widowmaker [blackened doom]
- Down - Down IV, Part 1 – The Purple EP [stoner - metal]
- Eagle Twin - The Feather Tipped the Serpent's Scale [sludge - doom]
- Earth - Angels of Darkness, Demons of Light II [drone - americanadoom]
- Faustcoven - Hellfire and Funeral Bells [blackened doom]
- Huata - Atavist of Mann [sludge - stoner doom]
- Ides of Gemini - Constantinople [doom - post-metal]
- Indian Handcrafts - Civil Disobedience for Losers [stoner rock -
- Kadavar - Kadavar [rock psyche - stoner rock]
- Latitudes - Individuation [sludge atmo]
- Lord Mantis - Pervertor [sludge - black metal]
- Love Sex Machine - s/t [sludge - doom - math metal]
- Monarch - Omens [sludge - drone - doom]
- Mudbath - Red Desert Orgy [sludge - doom]
- Occultation - Three and Seven [doom - psyche rock]
- Old Man Gloom - NO [sludge - doom]
- Om - Advaitic Songs [psychedelic doom]
- Pallbearer - Sorrow and Extinction [doom]
- Primitive Weapons - The Shadow Gallery [sludge - hardcore]
- Saint Vitus - Lillie F-65 [dooooom]
- Satan's Satyrs - Wild Beyond Belief ! [doom - heavy - punk]
- Snailking - Samsara [stoner doom - sludge]
- The Sword - Apocryphon [doom - stoner]
- Ufomammut - Opus Primum [doom - sludge - psyche]
- Whores. - Ruiner. [noise rock - sludge]


Emo/Screamo
- Brighter Arrows - Division and What it is to Abide [emo - indie rock]
- Cathedraal - Voix Blanches [screamo]
- Crocus - Our Memories Dress Me in a Dead Lust [screamo - emoviolence]
- Mahria - s/t [screamo - emo]
- Shizune - mono no aware: between eternity and the burial [screamo - post hxc]
- State Faults - Desolate Peaks [indie punk - screamo]
- We Came Out Like Tigers - Agelessness and Lack [emo-violence - screamo - black metal]
- We Were Skeletons - Blame & Aging [screamo - post hxc]


Drone/Ambient/Experimental
- Arktau Eos - Ioh Maera / Unworeldes [ambient ritual]
- Extra Life - Dream Seeds [math rock - avant garde]
- Hildur Gudnadottir - Leyfdu Ljosinu [ambient - classical - exp]
- Horseback - Half Blood [drone - black metal - exp]
- Lotus Circle - Caves [drone - doom - blcak metal]
- MRTYU! - Witchfucker [drone - noise - ambient]
- Necro Deathmort - The Colonial Script [experimental - noise]
- Opium Warlords - We Meditate Under the Pussy in the Sky [drone doom - noise]
- Wreck and Reference - No Youth [noise - exp - drone]

Metal et dérivés
- Anatomy of Habit - s/t [metal - doom - exp]
- BLCKWVS - 0150 [post-metal - sludge]
- Cobra - Les Clés de l'Inquiétude [SATAN]
- Deftones - Koy No Yokan [metal - alternative]
- Dew Scented - Icarus [thrash metal]
- Neurosis - Honor Found in Decay [post-metal]
- JK Flesh - Posthuman [industrial - exp]
- Lamb of God - Resolution [grooving redneck]
- Sun Splitter - III [metal - doom - noise
- Toundra - III [post-metal - post-rock]
- Vaura - Selenelion [post-metal - psyche]

Rock/Post-punk/Shoegaze
- 1=0 - Forteresse [rock tricolore]
- Allah-Las - s/t [garage rock - surf]
- Alt J - An Awesome Wave [indie - electronic]
- Aluk Todolo - Occult Rock [krautrock - black metal]
- Beastmilk - Use Your Deluge [postpunk - goth punk]
- Campfires - Mystery Scapes [dreampop - garage rock]
- Cold Body Radiation - Deer Twilight [shoegaze - post rock - black metal]
- Coolrunnings - Forever/Spirit of the High [lofi post punk - surf rock - shoegaze]
- Der Blutharsch - The End of the Beginning [psyche rock - kraut]
- Jess and the Ancient Ones - s/t [occult rock]
- Marilyn Manson - Born Villain [rock]
- pg.lost - key [post-rock]
- The Men - Open Your Heart [noise-rock - post-punk]
- The Soft Moon - Zeros [post-punk - cold wave]
- Tame Impala - Lonerism [indie - psyche]
- Zulu Winter - Language [indie rock]

Folk/Chanson
- Christophe Hondelatte - Ou pas [musique des anges]
- :novemthree: - Renewing [primitive folk]
- Cult of Youth - Love Will Prevail [neofolk - post punk]
- Guano Padano - 2 [experimental - surf]
- Hexvessel - No Holier Temple [psychefolk - neofolk]
- James Blackshaw - Love is the plan, the plan is death [folk - guitar genius]
- King Dude - Burning Daylight [folk - lofi blues]
- Kinit Her - Storm of Radiance [neofolk - psyche]
- Lord Huron - Lonesome Dreams [folk - psyche - tropical]
- Matt Elliott - The Broken Man [folk]
- Mount Eerie - Clear Moon [folk - exp]
- Sébastien Tellier - My God is Blue [pépito]
- Solblot - För Mig Finns Ingen Väg Från Hemm [neofolk - darkfolk]

Electronics/Industrial
- Baauer - Dum Dum / Harlem Shake [trap]
- Crystal Castles - III [electro - 8 bit - new rave]
- Emeralds - Just to Feel Anything [electronic - drone - ambient]
- Genocide Organ - Under Kontrakt [power electronics - noise]
- Maska Genetik - Strada [power electronics - indus]
- Mondkopf - Ease Your Pain [marche funèbre]
- Slugabed - Time Team [dubstep - wonky]
- S/V\R - Célébration Noire [rythmic noise]
- TNGHT - s/t [trap]
- Vive la Fête - Produit de Belgique [Belgique mon amour]
- Whourkr - 4247 Snare Drums [cybergrind - breakcore]

Hip-Hop
- 2 Chainz - Based on a T.R.U Story [hip-hop - dirty south]
- Booba - Futur [hip-hop]
- Death Grips - No Love Deep Web [hip-hop - exp]
- Die Antwoord - Ten$ion [rave hiphop]
- Gonjasufi - MU.ZZ.LE [electro - exp - hiphop]
- Heems - Nehru Jackets [hip-hop]
- Killer Mike - R.A.P Music [hip-hop - sale sud]
- Klub des Loosers - La fin de l'espèce [contraception]



2012 était une belle année de merde, 2013 ne changera rien, mais on s'en fout, on a le Malin à nos côtés.



mercredi 7 novembre 2012

Glaciation - 1994





On s’est bien marré ces dernières années à se toucher la teub tranquillou entre d4rkos sur ce qu’était le black, trve du kvlt insaisissable, pendant que les t-shirts Burzum se baladaient au milieu des chattes sur Instagram et que Pitchfork empilait les chroniques de shoeblack et de blackgaze noyé dans les samples de corbeau made in Bontempi. On faisait des phrases longues à la con sur des blogs semi-obscurs pour faire semblant d’avoir un avis, à la fin on confondait Enslaved, Deafheaven et Bathory quand on était morts saouls, et on se foutait de la gueule de ceux qui se donnaient moins la peine que nous de croire que les discussions sur le sujet avaient un sens.

Ça a fini par en énerver quelques-uns.

Une poignée de mélomanes anonymes ("no contact, no flyer, no address no answer"), quoique rapidement et partiellement démasqués par les fins limiers du netos participatif (heureusement noyés dans les témoignages du type « ouais je les ai vus répéter à la MJC de Garges-lès-Gonesse, y’a un mec d’Enhancer je crois »), s’est donc lancée dans un petit trip campagne pour enregistrer un disque 100% OTANTIK sentant bon son métal noir des familles, histoire de lâcher quelques pied-bouche pour la route. On s’est quand même fait plaisir chez Glaciation, entre le trailer (!) énigmatique et l’artwork ambiance boucherie de Metastazis. Anonyme, ouais, amateur, non, on n’est pas chez Vargy et MicHell.

Autant dire que le retour aux racines prôné dès le titre de l’album ne se retrouve pas dans la production. Quitte à frapper fort, autant le faire sans se la jouer « too kvlt for school », même si le son de cet EP (long de 35 minutes pour 3 morceaux, tout de même) est parfaitement dosé avec les voix bien raw posées sur des riffs crades mais bien audibles. Et cette batterie, putain ! Le fils du forgeron s’est acheté du corpse paint pour Halloween, faut croire.

Après, on va pas se mentir : la putain de claque, c’est 1994, le morceau titre. Ça blast, ça change de rythme, ça te plonge la gueule dans l’étang qui vient de dégeler avant de latter tes côtes de connard rachitique à cheveux longs à grands coups de rangers coquées. Ça hurle comme à l’asile, EN FRANÇAIS, c’est Artaud qui a passé le week-end chez Fenriz avant de laisser la parole à Céline, qui débarque l’air de rien au début du 2ème morceau, Glaciation. D’ailleurs il claque bien ce nom, c’est ce qu’il fallait, c’est ce que ça sent, ce que ça sonne, ce que ça provoque. Crois-moi bébé, je bande, c’est juste qu’elle est froide.

On parlera pas du 3ème morceau, qui malgré son petit côté salutaire « t’es en sueur, va te coucher ducon » n’a pas grand intérêt et rappelle un peu les tracks inutiles du dernier Wolves In The Throne Room. C’est un peu la mode, l’ambient, alors on va leur passer, mais du coup ça fait un peu tâche. En fait on en voudrait 20 des morceaux comme les deux premiers, parce que ça coûte moins cher qu’un Picon-Flashball et ça donne envie de se tirer dans les couilles pareil. C’est pas complètement trve, mais on s’en fout, parce que ça renifle l’amour du métal noir comme certains aiment le bouquet de la merde, et qu’il y a des jours où on ne peut écouter que ça. Honnêtement, ce disque me file des crises de tachycardie autant qu’il me fait oublier que j’ai pas de carte Vitale, et ça ne m’était pas arrivé depuis la Compil’ Pog de mes 7 ans. Chopez-moi ça tout de suite, déconnez pas.

Dispo chez Season of Mist


vendredi 2 novembre 2012

Title Fight - Floral Green




Bonne nouvelle emo-punk de l'année, le Floral Green de Title Fight n'est cependant pas totalement une surprise, Shed nous ayant bien prévenu l'année dernière qu'il y avait plus chez les Américains qu'un simple bouillon de hardcore mélodique.

Plus riche et patient que son prédécesseur, Floral Green se disperse aussi un peu plus, ce qui, à l'échelle de l'album relativement court (32 mn) ne pose pas trop de problèmes mais qui pourrait décourager les plus sueurs et belliqueux d'entre vous.

D'emo-punk il est toujours question ici, celui doux et nostalgique des années 90, franc comme il ne le sera plus jamais, auquel Title Fight injecte un shoegaze et une pop solaire qui rappellent parfois l'héliotropisme sautillant de Torche ou des derniers Baroness. (En mieux.)

Le premier quart d'heure est le plus réussi et justifie à lui seul l'écoute de l'album, tandis que la seconde moitié de Floral Green s'appesantit dans des mid-tempo et des ballades réussies certes mais bien moins indispensables.

Résultat, un album sur lequel on revient très souvent mais qu'on termine rarement. Rendez-vous service et écoutez Floral Green sur le bandcamp des jeunots.


vendredi 19 octobre 2012

Neurosis - Honor Found in Decay




Jamais un groupe n'aura su autant s'affranchir d'un style pour occuper une case entière dans le grand jeu des étiquettes : dans la grande famille du post-metal, Neurosis est Neurosis, point.

Si chacun se fabrique sa forteresse musicale, pierre par pierre, album par album, on peut sans conteste dire que Neurosis m'a fourni de solides fondations. J'ai suivi leur lente évolution, depuis les vagissements telluriques de Pain of Mind jusqu'au voyage introspectif de The Eye of Every Storm.

Pas facile d'imaginer ce à quoi pourrait ressembler Neurosis après cet album tant il semblait atteindre un but, toucher la perfection, l'équilibre entre la lourdeur et la légèreté, entre la glaise du sludge et les cieux post-rock. J'avais d'ailleurs été déçu par son successeur, Given to The Rising qui se livrait tant bien que mal à une synthèse des différentes mues du groupe américain avec un talent certain, mais sans la cohérence des précédents efforts.

Il manquait à Given to the Rising une âme, un souffle qui habitait chaque album avant lui, sans exception. La question, vous l'aurez compris, est la suivante : Honor Found in Decay parvient-il à surpasser son prédécesseur et à réinventer Neurosis ?

La réponse est malheureusement assez difficile à formuler. D'une part, cet album est plus réussi, plus abouti, sûrement parce que le groupe y a travaille depuis 5 ans. La synthèse de tout Neurosis s'effectue beaucoup plus naturellement. L'alternance entre calme et tempête, ce jeu même où se déploie tout le talent de Neurosis, est beaucoup plus maîtrisée ici et on retrouve enfin le désormais fameux supplément d'âme dont je vous ai tant parlé.

Malheureusement cela ne suffit pas. Comme si Neurosis était condamné, depuis The Eye of Every Storm, à puiser çà et là dans sa discographie pour créer un assemblage, en essayant de le rendre le plus convaincant possible. Rythmiques tribales d'un côté, arpèges pluvieux de l'autre, alternance entre cris gras et chuchotements occultes, c'est très bien, mais on connait déjà. La cornemuse on l'a déjà entendue. Plus chanceux ici qu'il y a 5 ans, ils ne se sont néanmoins pas réinventés, ils ne surprennent pas, ils déroulent.

Alors forcément, il est facile de crier au génie face à la maîtrise totale des mecs, qui balancent en une heure tout leur savoir-faire, avec au passage quelques moments de grâce qui ravivent de bons souvenirs, mais sur la durée, cet album ne restera pas, tout comme Given to the Rising ne restera pas. Pourquoi ? Parce que tant que Neurosis composera en regardant dans le rétro, il sera toujours plus plaisant de ressortir Enemy of the Sun ou The Eye of Every Storm.

Si on avait pour habitude de mettre des notes sur ce blog de merde, Honor Found in Decay obtiendrait un 6/10. S'il s'était agi d'un autre groupe que ces putain de génies, il aurait sûrement frôlé les 9/10.


jeudi 18 octobre 2012

Cut Teeth - Televandalism




C'est comme si la verve basse et nauséeuse d'Unsane avait décidé de quitter New-York pour Chicago. Au passage elle a arrêté de bouffer, enfilant de surcroît les guenilles d'un vieux punk braillard. On n'est pas loin de la division pénible et sans retenue de Fugazi par These Arms Are Snakes, toujours avec la carne des guitares des New-Yorkais susnommés. Frontal, direct, le quatuor fait du punk-rock en choppant la pop au garrot pour la faire cracher ce qu'elle a de plus essentiel : ses tripes.


J'aurais pu vous balancer la longue liste de groupes auxquels appartiennent les mecs de Cut Teeth mais je n'en connais aucun. Tout ce que je sais c'est que vous ne devez en aucun cas passer à côté de cet EP sorti en juillet dernier chez Topshelf Records.

Vous pouvez l'écouter en intégralité sur leur bandcamp ou vous faire une petite idée juste en dessous :


mardi 9 octobre 2012

Sale Freux - L'Exil






« Ultra-rural black metal ». « Du black metal made in vieille France froid et terreux, plein de purin, comme il ne s’en fait plus chez les pop stars norvéchiennes ». C’est comme ça que Famine, leader de Peste Noire, décrit ce 3ème LP de Sale Freux, le 1er sur son label La Mesnie Herlequin.

De fait, ça fait quelques années maintenant que Famine tente, autour de La Mesnie, de définir un BM spécifiquement français, qui soit « un juste milieu entre le Black nordique tracé au cordeau de potence par des saumons rigides, blafards et congelés, et le brûlant Thrash pollué des bronzés du Tiers-Monde. » Chez KPN, ça veut dire recycler de vieux chants militaires et royalistes, et se lancer à fond dans un trip médiéval jusqu’au grotesque (les bombardes et autres violes, les extraits des Visiteurs sur le dernier). Rien de tout ça ici, on n’est pas au cirque. Par contre, on trouvera difficilement disque plus emblématique du sillon français que La Mesnie cherche à tracer dans un beumeuh soupçonné de propreté excessive depuis sa Pitchforko-Liturgisation.

Pourtant, Dunkel (chanteur et multi-instrumentiste du groupe) a choisi de sortir un disque écoutable, ce qui n’était pas franchement le cas des précédents ; j’entends par là que la prod, bien que minimale, est relativement soignée. Seules originalités : les quelques croassements de corbeaux balancés ça et là, et la caisse claire remplacée par le bruit d’un bâton frappant une pierre sur « L’Exil », 4ème piste de l’album. 

Au niveau des compos, on s’éloigne un peu du côté folk/médiéval de Peste Noire mais les deux groupes se rejoignent sur un point crucial : certains morceaux délaissent largement les rythmiques du black metal pour évoluer vers un « black’n’roll » bien plus  mélancolique que chez KPN, étant plutôt avare de blasts et de riffs hyper rapides. Le tempo ralentit régulièrement, comme le pas de ce clochard aviné dont l’album suit les pas hésitants dans une boue toujours plus dense et lourde. Frédéric Nihous au chant et Jean Saint-Josse à la batterie, quelques blasts comme une salve de FAMAS tirée depuis une palombière et une voix qui pue le brie arrosé de gros rouge qui tâche ; il sera question du terroir ici. D’ailleurs, le digipack contient une liste exhaustive des boissons et nourritures consommées lors de la conception de l’album, « Grand Cru de Corbeaux ».

Bref, on se retrouve avec un album littéralement pathétique, bourré de saules pleureurs et de corbeaux qui meurent (le livret mentionne un corbeau « de compagnie », Iris, disparu en 2010 lors de la composition de l’album), excellent presque de bout en bout. Il y a quelques longueurs sur les morceaux purement instrumentaux, mais aussi des passages qui donnent envie de les réécouter sur l’autoradio d’une R5 crachant sa fumée sur une départementale de Bourgogne. « Santé, nom de freux » et « À fleur de plaies » puent le talent de Dunkel, et tout ça me donne envie de passer mes prochaines vacances à braconner et chercher des truffes avec un ami cochon.



mardi 2 octobre 2012

Down - Down IV, Part 1 – The Purple EP




Un nom à rallonge qui ne doit en aucun cas vous effaroucher tant la longueur du titre est inversement proportionnelle à celle du contenu proposé ici, à savoir 6 pistes et on remballe. 33 minutes et le quart d'une tétralogie dont les motivations ont été maintes fois expliquées dans les divers tripots musicaux de la toile : Anselmo et ses copains vouloir faire plus musique, plus vite mais pas le temps. Anselmo et ses copains dire d'accord, nous faire plusieurs petits au lieu d'un gros. Et voilà, le projet de Down IV était né.

Tout est prévu : le premier quart de ce monumental Down IV sera consacré à du Down pur jus, plus raw que les 2 précédents (cela est en partie dû à l'enregistrement maison, plus raw, mais pas dégueulasse, musculeux juste ce qu'il faut), le premier quart donc patauge dans les alluvions du Down de NOLA en y attenant un groove chauffé à blanc. Anselmo plus puissant que jamais revisite son chant, moins crachoir que Mastodonien, presque Osbournien. (Le très doomy Open Coffins et son refrain magique.)

Pas de surprises stylistiques même si chaque morceau s'attarde sur une facette différente de Down. Le fait que l'on ne dispose ici que de 6 titres est finalement un énorme atout : cet EP donne la dalle, il affame. On en veut plus, et en attendant les 3 autres quarts, on est condamnés à ressasser ces 6 merveilles.

Le second quart devrait évoluer dans un registre plus moderne (Down III), le troisième quant à lui abandonnerait le sludge pour des morceaux bluesy et acoustiques. Quant au dernier quart, Anselmo l'a promis, il sera « doom as fuck. Giant, bombastic, slow, bury-me-in-smoke type of things. Apocalyptic. »

Bouge-toi le cul Phil, on attend le quatre-quart. (En écoute ici.)

lundi 1 octobre 2012

Beastmilk - Use Your Deluge




Sans s'attarder trop pesamment sur le line-up de Beastmilk et ses origines glaciaires, laissez moi vous préciser néanmoins que si je vous parle aujourd'hui de cet EP, c'est principalement pour la présence en son sein d'un certain Mathew McNerney/Kvohst, âme tortueuse lovée derrière Dødheimsgard, Code et Hexvessel.

Je voue depuis quelques semaines et bien malgré moi un culte extatique à la voix de cet anglais délocalisé dans les terres du nord, ce qui m'a poussé à fondre sur ce court EP, l'œil hagard et l'esprit critique en berne.

Remisés chez Beastmilk, le folk d'Hexvessel. McNerney retrouve ses potes d'Helsinki dans la batcave pour un petit jam où deathrock et post-punk portent sur leurs épaules voûtées le poids d'une noirceur mignonne, innoffensive à vrai dire, celle d'une dark-pop en somme.

Forcément infusée dans la mélasse d'années sacrifiées au métal noir, la musique de Beastmilk suinte les accords mineurs, les guitares lancinantes coupantes comme le blizzard mais planquée derrière la chaude basse et la batterie volontaire. De grandes lames de Christian Death, de Joy Division, de Southern Death Cult et d'horror-punk divers, un peu de Djerv aussi dans l'aspect le plus rock et métallique.

Paradoxe d'une section rythmique au groove chaleureux parachutée dans les profondeurs, transie sous l'épaisse couche de glace bleue du chant et des guitares. D'aucun parlerait d'un pan gothique à cette musique sombre et délicate, mélancolique aussi comme sur Children of the Atom Bomb.

Sorti chez Svart Records et en écoute ici

vendredi 28 septembre 2012

Nachtmystium - Silencing Machine





La voilà la petite surprise nasillarde qui fleure bon le coup de chance, l'inspiration soudaine, au bon moment au bon endroit. Comme si d'une caisse de jaja bouchonné sortait à l'improviste un Château d'Yquem plus vieux que ta grand-mère. Comme si leur black metal cendreux et attendu, bon mais pas affolant, trop appliqué pour dépasser les 2 écoutes, comme si ce black metal auquel nous avaient habitués les Américains s'était soudain retrouvé dans un petit jeu d'inspiration, une faille suffisante pour qu'ils s'y glissent sans se trahir, et qu'ils se révèlent enfin comme dignes d'un intérêt total, et notre écoute attentive et presque tendre. (Encore que, leur 3ème album Instinct: Decay avait su s'exprimer d'assez belle manière il y a jadis, en 2006, mais en demeurant loin de la réussite de l'album nous préoccupant aujourd'hui.)

Silencing Machine est un vieux roller-coaster bien rôdé qui grince entre les abysses de noirceur et d'oppression puis s'élance vers des grâces nébuleuses. C'est une machine ancienne qui semble (re)trouver une fraîcheur magique, laissant jaillir le rock et la new-wave fantomatique du black metal des origines, tout ça fourmillant de références et de poncifs rénovés.

Tendez un peu l'oreille sur le drôle d'amas qu'est Borrowed Hopes and Broken Dreams ou sur Silencing Machine et vous comprendrez. Vous comprendrez qu'ils ont enfin su capter l'essence de ce que doit être une bonne chanson, dans ses structures, ses rafles, ses embonpoints et ses recoins.

La conclusion, la voilà : Nachtmystium vient de sortir son meilleur album.

En écoute ici et dispo chez Century Media records.

jeudi 13 septembre 2012

Vilipend - Inamorata




Sans doute les plus taquins d'entre-vous y verront une énième tentative de promotion d'un label qui semble recouvrir ces pages un peu plus chaque mois mais je peux vous assurer que je n'ai pas de billes dans A389 Recordings et que la tendance outrageante qu'a ce label à ne sortir que des bonnes choses m'insupporte moi aussi puisqu'il m'empêche de vous faire part des sorties d'autres labels presque aussi constants. Il aurait fallu pour ça que j'embauchasse un stagiaire à la rentrée, ce que je n'ai pas fait, trop occupé que j'étais à écouter les nouveaux King Dude et Cult of Youth, qui devraient être chroniqués ici relativement assez vite.

À part ça, les Vilipend viennent de Toronto et font du hardcore dissonant et metallique avec la hargne idoine, nous permettant de marmonner en baissant un peu les yeux qu'il s'agit bien ici de metalcore. Mais pas du metalcore à paillettes que tu as écouté comme tout le monde avant de te réveiller un jour hébété face à tant d'immondice musicale. Non. Là on parle du metalcore de grand frère des années 90, droit comme Turmoil, fier comme Disembodied. Le noeud de l'affaire se joue dans l'épaisse couche de sludge qui recouvre Inamorata, ainsi que dans l'influence très claire des premiers Dillinger Espace Plan. La comparaison avec Converge est aussi pertinente mais il faut alors admettre qu'elle l'est pour tous les groupes de hardcore fondés après 2002, et donc peu utile.

Premier album ambitieux qui ravira les petits comme les grands, Inamorata s'écoute en intégralité ici.




lundi 10 septembre 2012

Hexvessel - No Holier Temple






J'aurais pu l'année dernière chroniquer le premier album de Hexvessel, Dawnbearer. Aveuglé par le Malin, j'avais préféré garder pour moi cet album qui était malheureusement passé à la trappe. Un tort que je vais tenter de rattraper ici avec No Holier Temple, nouvel album du groupe finlandais tout aussi réussi que son prédécesseur. 

Hexvessel est un projet de neofolk psychédélique mené par le plus finlandais des britons, Mathew "Kvohst" McNerney, qu'on connait mieux pour le poste de chanteur qu'il occupe au sein du groupe de black metal avant-gardiste Dødheimsgard. La musique de son nouveau projet est à l'image de son line-up fourni (ils sont 8) et il est bien délicat de dessiner les contours d'Hexvessel d'une ligne claire. 

Le socle premier du groupe est taillé dans un folk primitif et ésotérique duquel poussent de longues excroissances psyche. Première constatation, ces excroissances ont bien poussées et l'orgue se joint aux guitares pour consolider la facette rock du groupe. D'ici, No Holier Temple erre vers le doom, la country, le blues, sans jamais se départir de sa grâce et de son homogénéité. 

La richesse et le foisonnement de l'album ne gâtent en rien sa subtilité. Une belle réussite tant les détails foisonnent, et tant cet album aurait pu s'apparenter à un amas étouffant et bordélique. À la manière de Matt Elliott, Hexvessel parvient à fondre dans sa cérémonie animiste les mélancolies slaves, italiennes et américaines, toutes tendant vers le folk électrifié des Finlandais. 

Les arrangements et les chœurs, extrêmement travaillés, restent naturels et évidents. On ne sort jamais de cette beauté de brindilles et de mousses, où la perfection et la maîtrise semblent bricolés. Un sentiment qui tient sûrement au fait que la prod organique fait écho aux prod rock 70's.

Autre point fort pour Hexvessel, la voix de Mc Nerney. C'est le dénominateur commun qui balise le sentier (un peu surprenant parfois) qu'est No Holier Temple et une belle démonstration du talent protéiforme de Kvohst.

Ce second album est une église à ciel ouvert, un temple vert dressé au cœur de la forêt, qui méritera sûrement plus qu'une écoute distraite pour livrer tous ses secrets.

Sortie prévue chez Svart Records le 14 septembre. En attendant, l'album s'écoute ici.


mercredi 5 septembre 2012

Like Rats - Like Rats






Darkthrone et Entombed sont sur un bateau. Et ils font du hardcore. Sur le bateau. La mer est d'huile et le son aussi : gras et limpide. Je vais encore filer un peu la métaphore de la navigation parce que j'aimerais caser "moussaillon" et "pirate".

Like Rats est avant tout un groupe à guitare. Les affreux moussaillons nous ont tricoté de bien jolis riff et l'algue poisseuse des guitares s'étale sur tout l'album, de telle sorte que nous, petits anchois tremblotants, tombons bien vite dans leurs filets. (Ça ne veut rien dire.)

Jamais hardcore métallique n'aura sonné autant comme du bon vieux death suédois roublard. Jamais hardcore métallique n'aura sonné autant comme du bon vieux death suédois roublard. (Je l'ai dit 2 fois.) Le chant quant à lui hisse haut le pavillon du metal noir des origines, vicieux et rêche comme une gorgée d'eau de mer.

La petite demie-heure file en quelques secondes ce qui vous permettra d'écouter plusieurs fois l'album d'affilé sans vous ennuyer un instant. Pratique.

Ça se trouve chez les filous d'A389 Recordings et ça s'écoute en entier sur Deezer.


mardi 4 septembre 2012

Gaza - No Absolutes In Human Suffering





Gaza fait partie de ces groupes que j'ai eu la chance de découvrir en concert. Les américains ouvraient au Glaz'art pour une soirée de douceur en compagnie de Trap Them et Rotten Sound. Un vrai plaisir. Après un set très prometteur j'étais un peu resté sur ma faim en découvrant le versant studio du groupe. Difficile d'y retrouver la hargne du live, d'autant que la seule force brute de leur musique ne dissimulait que très mal le manque d'inspiration et le bourinage facile.

No Absolutes In Human Suffering marque très clairement un cap à ce niveau là. Beaucoup plus accrocheur, le bruit généré par le quatuor émerge du bordel bête des premiers efforts et tend vers un chaos dompté, marqué par une personnalité du groupe mieux définie et plus clairement affirmée.

Plus dense, plus sombre, Gaza balance au passage deux ou trois morceaux de bravoure comme This We Celebrate ou Not With All The Hope In The World (qui dépasse les 6 minutes), prouvant au passage qu'ils se démerdent plutôt bien dans un registre beaucoup plus lent (registre qu'ils exploraient plus auparavant, mais avec moins de bonheur qu'ici.)



C'est précis, ça cogne sec, et c'est sorti fin juillet chez Blackmarket Activities.


 

mardi 31 juillet 2012

Mudbath - Red Desert Orgy



Énorme claque sludge/doom que ce court EP de Mudbath. Trois titres seulement pour s'extirper de la fange gluante et épaisse du doom et pour modeler dans la glaise un groove stoner apathique.

Les hurlements proches d'un Mike Williams (Eyehategod) sont encore plus efficaces quand ils alternent avec des aboiements hardcore braillards (Mudjahideen). C'est lent, c'est lourd, et les seules respirations prennent la forme de lead et de solo membrés comme des aurochs.

L'ombre enfumée d'Electric Wizard se fait très très opaque, notamment dans les larsen du dernier morceau (Smells Like Teen Cunt ) mais la comparaison s'arrête là. On retrouve plutôt chez Mudbath cet acharnement au groove gras qu'on dégustait la gueule en sang chez The Abominable Iron Sloth.

L'EP est dispo gratuitement sur le bandcamp des Avignonnais et en écoute juste en dessous. Pour les dates de concert, voyez ici.



samedi 21 juillet 2012

Summer Digest, deuxième partie


Suite de la petite sélection estivale. LACH T KOM (et clique sur le titre pour écouter l'album)

Dunmharu - Curses Come Home


Black metal irlandais sorti chez les excellents new-yorkais de Broken Limbs Recordings. À l'origine projet d'un seul homme, Cathal Hugues, Dunmharu est aujourd'hui un duo, depuis l'arrivée de Ross O'Connor à la batterie. Et le moins qu'on puisse dire c'est que l'arrivée d'un batteur a donné un véritable souffle et une profondeur qui manquaient à October, première offrande de Hugues sortie en début d'année. Curses Come Home propose un black metal raw et abrasif, qui sait prendre son temps (plus que sur October), entre martèlement primaire (Dawn) ou lead mélodiques (One Journey), avec pour fil conducteur un chant prédominant dans le mix, oscillant entre hurlement black et growl. Étouffant et noir, Dunmharu n'est jamais loin d'un black'n'roll couillu qui permet de varier un peu les plaisirs.




Hordes - Hordes EP


Encore une sortie Broken Limbs (en mai dernier) pour un EP de black metal anglais froid et raw comme la mort. Mélodique à s'en arracher la peau de frisson, écorché vif, Hordes nous décline toute la gamme des gris. Friches industrielles et grimness over 9000 pour des lendemains qui ne chantent pas.










Murmuüre - Murmuüre


Ce chef d'œuvre est sorti en 2010 et si comme moi vous l'avez raté à l'époque, il est encore temps de vous rattraper. Murmuüre est l'expérience auditive la plus folle qui me soit arrivée depuis que Merzbow m'est tombé sur le tympan. Ça faisait longtemps que je n'avais pas entendu quelque chose de foncièrement nouveau, déroutant, fascinant. Basé sur plusieurs heures d'improvisations à la guitare, remaniées, remontées, torturées jusqu'à la rupture, Murmuüre est le mystérieux projet d'un français appelé One. Cataloguée (coupable à chaque fois) black metal, la musique de One sonne pourtant plus à mes oreilles comme un drone psychédélique, une transe à fleur de peau, à la fois foncièrement industrielle et pourtant liée à la nature, à l'organique. La seule référence possible ici serait à aller chercher chez Coil. Je vous laisse juger.



Kadavar - Kadavar


Rock psyche allemand, piquant du nez vers le stoner et le doom, toujours enfumé par la brume 70's, graissé aux ampli Orange. Si le groove était un parasite, c'est sur ce joli cadavre qu'il se serait greffé, avant de laisser exploser des soli incontrôlables vers les cimes. Pensez Hawkwind, Led Zep ou plus récemment Witchcraft et vous aurez une assez bonne idée de niveau de JOUISSANSS que procure cet album.

lundi 16 juillet 2012

Summer Digest, première partie




Pour compenser le néant ayant pris possession de ces pages depuis peu, voilà une petite liste de bonnes choses que je n'ai pas eu le temps de chroniquer.
C'est très peu mais c'est déjà ça. Sinon l'été est pour l'instant dominé chez moi par King Dude et Cult of Youth, le dernier Om, qui aura peut-être sa propre chronique ainsi que l'intégrale de Cobra.

Pour écouter l'album, cliquez sur le titre.

      
Horseback - Half Blood


Quatrième album déjà pour Horseback qui prend une nouvelle direction avec Half Blood. Un chef d'œuvre bizarre de drone, de folk et de psychédélisme tordu porté par un chant hurlé et des expérimentations en tout genre. Sans doute le plus abouti (et le plus abordable) de tous les albums de groupe de Caroline du Nord.









JK Flesh - Posthuman


Broadrick et moi c'est une grande histoire de désamour et d'incompréhension. Je n'ai jamais été subjugué par l'évidence de Godflesh et si la démarche de Jesu me parle beaucoup plus, je n'écoute que très rarement Conqueror ou Ascencion. Avec Posthuman, le contact est beaucoup plus facile d'accès, puisque Broadrick opte pour la simplicité brutale, imposant à la guitare des sévices pervers à tel point qu'elle disparaît souvent sous les effets et les dissonances métalliques. Rien de très nouveau si on est un peu familier avec les multiples projets de Broadrick (Techno Animal en tête), mais un album qui prouve que Broadrick peut encore nous tenir en haleine pendant 55 minutes.







Première démo pour les Suisses de Tardigrada qui nous livrent une black metal atmosphérique mélodique et perçant. Pas de brutalité crasse donc, mais une finesse de composition et une alternance entre poésie triste et phases épiques parfaitement maitrisées.









Homewrecker - Worms And Dirt

Sombre et vicieux, 9 pistes pour 22 minutes. Leur front est si bas qu'il frotte le trottoir mais toute cette fureur est canalisée de manière assez intelligente. On s'en sort donc avec un hardcore métallique cohérent qui parvient à insuffler un groove sale comme on aime.



samedi 23 juin 2012

HELLFEST 2012 - DAY THREE





Il fait très chaud dans Jérémy. Pour rappel Jérémy c'est le camping-car. Il est 10:30 et je suis le seul réveillé dans Jérémy. Hier il fallait préparer les sandwich au jambon alors on est arrivés sur le site à 16h, du coup aujourd'hui je la joue solo et c'est seul que j'entame le long trajet qui me mène vers le premier concert de la journée.

De ces 25 minutes de marche je retiendrai avant tout le plaisir de marcher de nouveau en Converse, ainsi qu'un magistral coup de soleil sur la nuque. Le soleil est revenu et cette dernière journée est de loin la plus agréable du week-end.





La boue plus ou moins sèche libère désormais des exhalaisons que mes 15 années passées en Sarthe profonde ne rendent pas étrangères mais bien familières : ça pue la bouse et l'urine. À défaut d'urine de bovin cependant, c'est plutôt de la bonne pisse tiède de metalhead qui ruisselle de chaque recoin du site.  Il n'est pas rare de croiser des mecs en cercle autour d'une flaque en plein milieu d'une allée se soulageant gaiement. C'est aussi ça le Hellfest : beaucoup d'amour.

Alcest


J'avais hâte de voir ce que donnait Alcest en live, tout en me demandant si Neige trouverait son public dans la masse chevelue plus prompte à chanter Reign in Blood que Percées de Lumières. Le groupe de post-rock/shoegaze teinté de black metal, responsable des magnifiques Souvenirs d'un autre monde ou Écailles de Lune s'est  fendu d'un nouvel album en janvier dernier, Les Voyages de l'Âme, accentuant encore plus l'aspect onirique et lumineux de ses compositions, les rares parties purement metal (cris, blast-beat) se faisant plus discrètes que sur le précédent opus. Le set d'Alcest est à n'en pas douter le plus calme de tout le festival mais on constate très vite que la très bonne réputation du groupe au sein de la scène metal se vérifie encore aujourd'hui. On part donc pour une quarantaine de minutes d'une musique atmosphérique et douce qui même quand elle monte en intensité conserve une poésie assez déconcertante après 2 jours de brutalité. Un bon moyen de commencer la journée.

Liturgy


Fiasco, flop, catastrophe. Le bide est total. Déjà pas bien convaincu de l'intérêt de ce groupe sur album, l'expérience du live aura fini de me convaincre. Enfin elle aura surtout fini par me faire partir, chassé par la boite à rythme hideuse recouvrant les trilili suraigus et les cri de deux mecs qui ont l'air de se faire autant chier que leur public clairsemé. Mets ton manteau on s'en va.




Forgotten Tomb


J'ai découvert Forgotten Tomb alors que la formation n'était pas encore un groupe de scène. L'album Springtime Depression tournait en boucle chez moi. J'adorais cette noirceur et cette tristesse pure, plus doom et cristalline que Darkthrone, plus épurée qu'Emperor, les seuls groupes de black que j'écoutais à l'époque. Encore une fois je suis un peu déçu par la tournure heavy prise par le groupe il y a quelques années, et qui se vérifie bien sur scène. C'est bien foutu, lourd comme il faut, mais ça ne me parle plus trop. Next.





Acid King


À vrai dire je n'ai pas vraiment vu Acid King, juste entendu. Comme pas mal de monde, on a décidé d'assister au concert au soleil, assis dans l'herbela terre. Et ça convenait parfaitement au stoner-doom psychédélique des San Franciscains.


Anaal Nathrakh


Le groupe le plus pipou de tout le fest à n'en pas douter. J'avais adoré In the Constellation of the Black Widow, qui mixait parfaitement l'ultraviolence du groupe anglais avec des refrains chantés épiques, mais j'étais resté sur ma faim avec son successeur, Passion. Cependant néanmoins en revanche, j'avais hâte de savoir si le talent du groupe à faire sonner le chaos en studio n'allait pas rendre une bouillie immonde en live. Résultat mitigé : niveau engagement et présence sur scène, le défi est relevé (sachant que le groupe ne tourne que très peu, uniquement en one-shot et refuse toujours de se lancer dans des vraies tournées), en terme de clarté c'est différent. Je parviens à apprécier les morceaux que je connais, pour le reste c'est un peu plus confus. On aura aussi droit à un extrait du prochain album.





Dying Fetus


On enchaîne directement avec un autre type de brutalité sourde : Dying Fetus. Je n'avais jamais vu ces légendes du death avec un line-up à ce point réduit mais jouer à 3 ne semble poser aucun problème au panzer qu'est Dying Fetus. Technique, brutal, excellent.


Pentagram


Vue l'énorme claque qu'a été le concert de Saint Vitus, j'ai décidé de ne rater aucune des formations doom/stoner/heavy/ qui se produirait sur la scène de la Valley. Avec Pentagram on n'est plus dans l'antique mais dans le néolithique. Les mecs font figure de précurseurs du doom, avec un heavy metal/stoner lourd à en décorner un bouc. Les douves de pisse bordant les abords de la scène ne nous empêche pas d'assister à un set bien rôdé au groove indéniable malgré la dégaine de grand-mère un peu folle du chanteur. À aucun moment on ne se dit que les mecs feraient mieux de rester dans leur hospice (ce qui est un peu moins vrai quand on regarde d'autres papy du fest, comme Axl, ou même le bon vieux Ozzy). Je vous laisse juger par vous-même.




The Obsessed


Le monde est bien fait. Après Saint Vitus et Pentagram, c'est au tour de The Obsessed de venir titiller notre fibre nostalgique. Pour ceux qui ne connaissent pas bien l'histoire du doom (et c'est un tort), Pentagram a été fondé en 1971, Saint Vitus en 1978 et The Obsessed en 1976. On retrouve donc sur scène Scott "Wino" Weinrich (qui avait quitté The Obsessed en 1986 pour rejoindre Saint Vitus avant de reformer les premiers sous la forme originelle en avril 2012). Bref, toute cette scène doom quelque peu incestueuse est réunie à Clisson, et on a encore droit à un excellent concert, certes un peu moins massif que les deux précédents, le groove de The Obsessed se joue dans une fibre sur rock'n'roll tout autant appréciable. Wino assure cette fois le chant et la guitare et j'headbang une dernière fois avant de me lancer dans ce qui sera mon dernier concert du festival : Sunn O)))




Sunn O)))


J'ai vu Sunn O))) pour la première fois en 2005, au moment de la sortie de Black One. La toute petite salle avait déjà été entièrement remplie d'un épais brouillard et Attila Csihar nous avait fait l'honneur de sa présence pour présenter les derniers morceaux du groupe. La seconde fois, à la Villette Sonique, le groupe était venu rejouer l'intégralité de ses Grimmrobe Demos, à savoir le Sunn originel, massif, au drone vibrant et implacable. Ce soir j'aurais droit à une synthèse parfaite entre les murs d'infrabasses que je chéris tant et les longues expérimentations tout aussi bruyantes mais beaucoup moins à mon goût. Attila scande, éructe, et j'ai même cru percevoir cette technique diphonique de chant de gorge courante en Asie et notamment au Tibet.



Après une longue intro instrumentale qui fait serrer les poings, (Orthodox Caveman ?) Attila entame un Aghartha puissant qui me fait totalement décrocher. Je ne sais pas trop ce que les mecs ont joué ensuite mais une fois encore je me suis laissé prendre par la puissance impitoyable du son incarné, des vibrations rendues palpables par le dispositif imposant du groupe. Peut-être pas mon concert préféré de Sunn mais définitivement une expérience nouvelle qui a apparemment marqué les esprits.


La pluie retombe depuis quelques minutes et nous décidons de rentrer retrouver Jérémy au pas de course pour reprendre la longue route qui nous ramène à Paris. Sur le trajet du retour, je fais un rapide bilan de ces 3 jours de concert (un bilan interrompu par une chouette kamikaze et des douaniers metalhead) et je me dis que le Hellfest c'est avant tout des gens vrais, humains, des rencontres humaines et beaucoup d'amourde la bière et du METAAAAAAAL.